Pourquoi la détente est la clé essentielle de la réussite ? Et non l’apprentissage ?

Les enfants TED, quels que soient la forme et le niveau, sont très angoissés car ils souffrent sensoriellement  dans notre monde (lire les mémoires d’ex autistes) : trop de bruit, trop de visages, trop d’odeurs….

Leurs  5 sens sont hyper-développés : comme les bébés, ils n’entendent pas la voix humaine, entendent les ultra sons ; leur vision de la lumière et des visages aussi : ils ne voient pas la globalité de notre visage, donc angoisse des visages qui bougent,  d’où  ils détournent la tête. Angoisse aussi du changement ou de ne pas pouvoir exprimer ce qu’ils ressentent aux autres. D’où ils se créent une « bulle » où ils sont en bien-être.
Le magazine « Sciences et avenir  »  d’avril 2012 pourrait nous donner une explication scientifique : quand nous sommes angoissés ou stressés, nous fabriquons du cortisol, substance produite par les glandes surrénales ; le cortisol monte alors au cerveau où il va agir sur nos connexions neuronales en bloquant leur développement.
Beaucoup de chercheurs affirment aujourd’hui que les troubles du développement pourraient être liés à un dysfonctionnement au niveau des connexions neuronales qui se font mal ; si les connexions sont bloquées,  le développement ne se fait plus. Une perte de connexions importante amène la  disparition progressive du neurone et le vieillissement.
En détendant  l’enfant, par le jeu en permanence et par la suppression de toute souffrance sensorielle, 24h sur 24 et 7 jours sur 7, on voit l’enfant se développer et « grandir ». La moindre souffrance ou angoisse « bloque » l’évolution et fait redoubler les stéréotypes, les obsessions, les crises… Si on force l’enfant à apprendre des choses, il va savoir faire des choses à force de répétition et de conditionnement ; mais cela risque d’entretenir  l’angoisse et le repli (bulle) où il  est bien. Le développement ne se fera pas ou mal : ce seront des acquis mécaniques sans que la conscience grandisse ni les outils de communication. L’enfant parlera par exemple mais mécaniquement (voix rauque et hachée) pour un langage de besoin. Il ne pourra pas apprendre par lui-même et s’adapter. L’humour, la symbolique, lui seront par ex impossibles.
Avec les 3i (tous les témoignages le disent), on voit l’enfant acquérir au fil des mois tous ces outils de communication, de conscience… Par ex, tant le pointage, le langage, la conscience de l’environnement… Au stade de 18 mois de développement, l’enfant est très présent, veut tout explorer, découvrir, imiter, faire semblant  et cela sans aucun apprentissage programmé, mais seulement des objectifs possibles.

Commentaires (4)

  • Avatar

    Céline Nanty

    |

    Bonjour,
    Mon fils est asperger, dyslexique, dysorthographique et dyscalculique. Aujourd’hui, il a 11 ans et est en cm2 mais il a un niveau de Ce2/Cm1. Nous nous sommes rendu compte très tôt de sa différence et malgré cela,suite à de mauvais intervenants,( CMP, instits, etc ) nous avons eu énormément de mal a diagnostiquer les problèmes de notre fils. Il a fallu que nous cherchions de l’aide à Paris chez un bon neurologue.J’aurai aimé vous lire il y a 8 ans. Balthazar est entré dans sa bulle à partir de la maternelle et a force de recherche nous avons compris qu’elle était sa souffrance. Il est enfin suivi par une bonne orthophoniste et depuis cette année il a une avs 3 heures par jour à l’école. Cela va mieux, il apprend mieux mais il reste ecoeuré de l’école et ni va pas de gaitée de coeur. Tout ce qui touche à l’école l’angoisse fortement.
    Il lit bien mais n’arrive toujours pas à écrire correctement. Il est incapable de faire une rédaction. Je suis a la recherche d’une ergothérapeute (il n’y en a que 3 débordées sur les côtes d’armor). Bref, j’aimerai travailler sur l’angoisse de mon fils pour contrer ce handicap et l’aider à aller en classe plus facilement.
    Je suis comme toute les mamans, j’ai peur qu’il n’arrive pas à avoir un métier plus tard et qu’il est trop de mal à s’insérer dans la vie active.
    Merci de me dire si votre asso exicte ici en Bretagne dans les côtes d’armor.
    Bonne semaine à vous.
    Cordialement.
    Céline Nanty

    • Avatar

      AEVE

      |

      Bonjour, Nous avons plusieurs psychologues AEVE qui appliquent la méthode 3I, le responsable de l’antenne régional est joignable à l’adresse suivante : ericdelabarthe@yahoo.fr. Bien cordialement

    • Avatar

      isabelle

      |

      Bonjour Céline

      J’ai lu votre témoignage et j’aimerais vous conseiller un livre qui est très intéressant pour traiter des malaises et maladies par une autre approche que les méthodes traditionnelles .
      Le grand dictionnaire des malaises et maladies de Jacques Martel. C ‘est une Technique d’intégration par prononciation monosyllabique rythmique et séquentielle.

  • Avatar

    isabelle

    |

    Céline ,

    je vous souhaite beaucoup de courage

    et je souhaite que Balthazar puisse retrouver la sérénité et guérir par toutes ces techniques innovantes comme celle des 3i

    cordialement

    Isabelle

Les commentaires sont fermés