30 intervenants par semaine, est-ce beaucoup trop pour l’enfant ?

L’expérience montre que c’est une des clés du succès de la méthode.

On peut néanmoins en diminuer le nombre si les intervenants s’engagent à faire 2 séances par semaine et si la maman fait une séance par jour.
30 intervenants s’avèrent une chance pour l’enfant et cela n’engendre ni stress ni fatigue, pas plus qu’une équipe réduite.

Les avantages :

  • Plus de facilités à trouver des intervenants (1 séance d’1h30 par semaine)
  • Une bonne séance 3i interactive (jeux souvent sensori-moteurs) est épuisante et on ne peut garder énergie, enthousiasme, gaité, patience… avec l’enfant au-delà d’1h30.
  • L’enfant va bénéficier d’un relais de personnes détendues et enthousiastes tout au long de la journée, condition nécessaire au contact. Même un professionnel, faisant une séance 3i, ne peut pas en faire plus de 2 par jour pour être performant.
  • Pour l’enfant :
    • Chacun des intervenants est unique, et dès la 2ème séance, il  connait chacun d’eux. Il est très attaché à tous : si un est absent, il le boude à son retour. Cela l’angoisse (peur de la disparition et séparation).
    • Il les attend souvent et leur prend la main dès qu’ils arrivent pour aller dans la salle. Un planning visuel est accroché dans la salle de jeu. Il le connait très vite.
    • Il les reconnait dans la rue. Une relation d’affection s’établit vite qui détend l’enfant.
    • L’enfant va avoir ses 30 premiers amis et par eux, il se sociabilise, même s’ils sont plus âgés ; il va découvrir 30 visages différents tous gentils et affectueux.
    • Dans les premiers mois, il va toucher les visages pour les découvrir comme fait un tout petit. Il n’a plus peur de l’autre et dès qu’il a les outils pour entrer en relation, il ira sans problème se faire d’autres amis de son âge, à l’école ou ailleurs. Sortis de leur bulle, on est frappé par leur caractère souvent sociable.
  • Chacun des intervenants a des compétences différentes que perçoit vite l’enfant (il les spécialise dans telle ou telle activité). Cela lui  permet d’avoir des journées très variées avec des activités qui sont des supports d’échange, contact : musique, chant, jeux moteurs, motricité fine, histoires. Il  ne s’ennuie pas. Même si cela n’est pas le but premier, l’enfant apprend au fil de son éveil bien des choses dans tous les domaines.
  • Son comportement est différent avec chacun d’eux.

L’inconvénient du nombre est pour les parents qui ont à gérer une grosse équipe, ce qui est la contrainte principale de la méthode.

Commentaires (2)

  • Avatar

    Marie-José Lamazou

    |

    Que se passe-t-il si le bénévole doit s’absenter ? Maladie, vacances, gare des petits-enfants.

    • Avatar

      AEVE

      |

      Bonjour, lorsque l’on s’engage comme bénévole, c’est soit en créneau fixe toutes les semaines ou tous les 15 jours. Si vous n’êtes pas sûre d’être libre à ce rythme , vous vous proposez comme remplaçante. Sinon, pour les absences, il faut prévenir les parents le plus en amont possible pour qu’il s’organisent et trouvent des remplaçants. Des bénévoles partent en vacances évidemment, mais toujours en ayant prévenu la famille avant. Bien cordialement

Les commentaires sont fermés