L'Association Autisme Espoir
Vers l'Ecole est soutenue par
la Fondation Bettencourt Schueller

Retrouvez Autisme Espoir sur Facebook Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter Retrouvez-nous sur Twitter


Association autisme
autisme espoir pour l'écoleautisme espoir pour l'école

TÉMOIGNAGES DES PARENTS D’ENFANTS SUIVANT LA MÉTHODE 3I

 

Voici les messages de soutien reçus des parents suivant la méthode des 3i dans le cadre de la "Grande Cause Nationale 2012 pour l'Autisme".

 

1 - Parents de Lilian, 6 ans, 4 mois de méthode

Déjà sa présence avec nous est différente, il commence à prendre conscience de son corps et par là même fait des progrès en propreté. Nous avons un début de langage avec des vocalises qui différent des "Awoir...Mama"... Lilian devient de plus en plus autonome et cela nous ravit (habillage...).
Beaucoup de progrès sont encore à venir, nous sommes dans la bonne direction car à la place d'être en IME sans prise en charge spécifique liée à l'autisme, nous avons autour de nous une équipe encadrée par une psychologue qui nous fait réfléchir et avancer ensemble....
Reconnaître l'association est une évidence à nos yeux vu les progrès de notre enfant en 4 mois !


2 - Parents de Noah, 6 ans, 3 ans de méthode

L’association AEVE nous a montré le chemin. Notre fils Noah était dans sa bulle, ne nous regardait pas et stéréotypait toute la journée. Après 3 ans de méthode des 3I, des heures de jeu et d’échanges avec les bénévoles, notre fils est transformé.
C’est une renaissance, Noah est aujourd’hui scolarisé et rentrera en CP en septembre prochain. Il est désormais présent et joue avec ses frères. C’est une renaissance. Merci.


3 - Parents de Thibaut, 14 ans, 6 mois de méthode

Nous constatons déjà des progrès constants de Thibault dans de multiples domaines : interaction, jeu, prise en compte de lui-même et des autres ... nous assistons à une sorte de renaissance. Notre vie de famille en est simplifiée car Thibault est devenu « gérable ». Le coût de mise en place de la méthode a été d’environ 8000€ (local+matériel), nous finançons aussi les interventions de la psychologue (200 à 300€ par mois).


4 - Parents de Johanna, 30 ans, 2 ans de méthode

Retirée en 2007 d'un FAM, dans un état désastreux due à la médicalisation, Johanna (30 ans) vit actuellement en famille .Depuis moins de deux ans, elle applique la méthode 3I élaborée pour les enfants mais que nous avons voulu volontairement essayer à titre expérimental. Nous pouvons vous dire que notre fille a évolué dans tous les domaines : elle est plus sereine sans aucune médicalisation, prend conscience de son corps et de ses possibilités. Elle attend avec impatience les arrivées des intervenants. Beaucoup de parents d'adultes à traits autistiques seraient heureux d'être à notre place.


5 - Parents de Noélie, 4 ans et demi, un an de méthode

La méthode des 3i aura permis à notre fille Noélie, 4 ans et demi, de s'ouvrir au monde en douceur, sans stress inutile, de savoir qui elle est et de se situer par rapport aux autres, ce lui permettra une socialisation proche de la normalité. Elle a été diagnostiqué TED à 3 ans et le soutien proposé par le CHU Pellegrin a été quasi nul. La méthode des 3I redonne espoir aux parents et place la solidarité au premier plan pour un changement en profondeur. Cette méthode doit être soutenue pour l’avenir d’innombrables enfants enfermés en eux-mêmes.


6 - Papa de Maël, 4 ans, 4 mois de méthode

Père veuf ayant en charge 3 enfants dont une petite Maël de 4 ans diagnostiquée autiste, j’ai mis en place avec l’aide de l’association AEVE la méthode des 3i autour de ma fille depuis 4 mois. Les progrès sont stupéfiants : Maël s’épanouie, s’ouvre au monde. Elle était dans sa bulle, aujourd’hui elle échange par le regard, elle pointe du doigt, fait signe de la tête pour exprimer le oui ou non, prend la main de l’adulte pour l’entraîner quelque part. Le fait de pouvoir se faire comprendre l’apaise et son développement s’en ressent. Sans l’aide de notre famille, l’association, les 35 bénévoles autour de ma fille, cette action était impossible. J’ai cruellement ressenti le manque de structures adaptées aux méthodes comportementalistes ou éducatives. Dans l’obligation de travailler car parent unique, une structure adaptée et un support financier aurait grandement facilité la tâche.


7 - Maman d’Hugo-Paul, 13 ans, 4 ans de méthode

En 2006, lorsque nous n'avions plus d'espoir, la méthode des 3i a changé notre vie. Notre fils Hugo-Paul alors âgé de 7 ans était comme dans une bulle, indifférent aux sollicitations extérieures. Dès la mise en place de la méthode notre fils Hugo-Paul s'est ouvert à l’extérieur, est devenu plus joyeux, a commencé à communiquer par le regard avec son entourage... Nous parents, aujourd'hui, sommes complètement convaincus des bienfaits de la stimulation des enfants autistes. La méthode des 3 i est une méthode douce qui donne à l'enfant les outils qui lui permettront d'évoluer. Il devient urgent que les parents soient soutenus financièrement, sur leur lieu de résidence, pour la mise en place de maisons pour autistes où l'enfant sera stimulé de façon régulière et intensive mais toujours en douceur. Les enfants autistes n'ont surtout pas besoin d'être placés dans des institutions ou règne l'inadaptation, "les temps morts" et le manque de stimulation lié au manque de personnel.


8 - Maman d’Emma, 15 ans, 3 ans de méthode

Ma fille a commencé la méthode des 3i à l'âge de 12 ans. En trois ans, elle a acquis des bases pour se construire qu'elle n'avait jamais acquises auparavant : image de soi, expression de ses sentiments, mise en place du langage. Une méthode qui épanouit l'enfant et mérite aujourd'hui de recevoir des subventions qui permettraient à de nombreux enfants d'en bénéficier.


9 - Parents d’Urbain, 3 ans, un an de méthode

Pour nous, cela en prend vraiment le chemin puisque Urbain est de plus en plus présent ! Il nous a fait le cadeau de marcher au cours l’année 2011 et maintenant que ses problèmes moteurs commencent à être un mauvais souvenir, nous attendons avec impatience ses premiers mots... peut être sur 2012 ! Il est plus qu’évident que ce que vous nous avez aidé à mettre en place a été très bénéfique pour notre garçon qui aujourd’hui interagit avec nous de plus en plus... son petit regard coquin en est la plus belle démonstration... .Dernièrement, nous avons fait un bilan au CRA afin de poser (enfin) le diagnostic officiel sur la pathologie dont souffre Urbain. Il s’avère qu’il est bien autiste d’un niveau considéré comme « moyen » mais pour l’avoir déjà vu 6 mois auparavant, la directrice de CRA nous a encouragés à poursuivre la méthode des 3i qui, pour elle, était la meilleure prise en charge que l’on pouvait offrir à Urbain !!!! Nous lui avons évidemment rappelé qu’il fallait dans ce cas ne plus convaincre les parents d’attendre comme cela avait été le cas pour nous la première fois que nous les avions consultés... Mais ne lâchons pas prise car le chemin vers son autonomie sera encore long !
évidemment à vous pour que la situation change en France et pour que les parents ne soient plus laissés à l’abandon...


10 - Parents de Tristan, 4 ans, 3 mois de méthode

Nous avons déjà constaté de gros progrès, il est notamment entré dans l’imitation, commence à jouer avec ses jouets dans leur véritable fonction, reste beaucoup plus longtemps sur la même activité et fait beaucoup de babillages et de vocalises et syllabes, essaie de répéter des mots. Pour nous la méthode des 3i était une évidence. Il faudrait que cette méthode soit à la portée de tous notamment en aidant les parents à financer l’aménagement de la salle de jeux et la rémunération de la psychologue de l’association.


11 - Parents de Clément, 5 ans, 4 mois de méthode

Clément aime sa salle de jeux et les séances.
Nous observons une amélioration du regard, et du langage : Clément dit quelques mots, chantonne parfois. Hors séance, il est beaucoup plus facile de capter son attention, il écoute mieux dans la rue.
Cette méthode est très douce et convient parfaitement à notre fils.


12 - Parents de Stanislas, 2 ans, 3 mois de méthode

Stanislas (2ans), diagnostiqué "symptômes déviants spécifiques", a commencé la méthode depuis le 13 octobre 2011. Nous, parents et bénévoles (kiné, directrice de crèche, institutrices ...) d'un petit village du Gard, pouvons témoigner des progrès spectaculaires de Stanislas après trois mois de méthode. Stanislas fait des progrès de motricité, de relation avec les autres, de perception de son corps. Stanislas repasse petit à petit par toutes les étapes d'un enfant normal. Tout Villevieille soutient Stanislas dans ses progrès. C'est une méthode très économique pour l'état.


13 - Parents de Divya, 4 mois de méthode, 6 ans

Divya commence enfin à verbaliser. A notre grande joie, elle nous appelle enfin "papa et maman". Elle nous regarde beaucoup plus et elle pointe et dit "ça". Divya progresse énormément grâce à toute l'attention et le dévouement des bénévoles. La méthode n'étant pas reconnue tous les frais sont à nos charges, ne travaillant pas, c'est très difficile financièrement.


14 - Parents d’Alvin, 4 ans, 22 mois de méthode

Depuis 2 ans notre enfant vient à nous par l’interaction intensive et individuelle de la méthode de jeu des 3i. Sans cet engagement efficace et positif nous aurions dû « faire le deuil »de notre enfant qui est aujourd’hui présent à nos côtés et sort de sa bulle. Aujourd’hui, c’est une méthode qui a besoin d’un soutien financier pour qu’elle puisse aider davantage encore d’autres parents. Ne laissez pas mourir une idée si simple, noble et efficace. Merci.


15 - Parents de Camille, 18 ans, 2 ans de méthode

Après plus de 12 ans de suivi "classique", Camps, Hôpital de Jour et IME, Camille était arrivée à 15 ans dans une impasse thérapeutique. Ses troubles comportementaux s'accentuaient, elle faisait des crises d'épilepsie et toute vie sociale était impossible.
Après 2 ans de méthode 3i, l'investissement de 30 bénévoles et l'accompagnement de l'AEVE, Camille est sortie de ses troubles, communique avec nous et son entourage, ne fait plus de crises d'épilepsie, a une vie sociale quasiment normale et commence des apprentissages scolaires via le CNED (niveau CP/CE1).


Page suivante