L'Association Autisme Espoir
Vers l'Ecole est soutenue par
la Fondation Bettencourt Schueller

Retrouvez Autisme Espoir sur Facebook Retrouvez-nous sur Facebook

Retrouvez-nous sur Twitter Retrouvez-nous sur Twitter


Association autisme
autisme espoir pour l'écoleautisme espoir pour l'école

L'HISTOIRE DE L'ASSOCIATION AUTISME ESPOIR VERS L'École

 

Notre association A.E.V.E est née d’une première expérience réussie. Elle a été fondée en octobre 2005,
par des grands-parents qui, soutenus par une vingtaine de bénévoles, ont aidé leur petit-fils autiste dès l'âge de 2 ans ½ :

  • à "sortir de sa bulle" en moins de 2 ans c'est-à-dire à communiquer par le regard,
    le geste et la parole, à être constamment présent à son entourage.
  • à intégrer avec succès une école ordinaire sans AVS.

 

NOTRE PREMIÈRE EXPÉRIENCE RÉUSSIE

Comment en 18 mois, notre "petit Prince" est sorti de son monde ?
Enfermé dans sa peur de l'autre, paniqué par le bruit et la foule, il reste sans paroles, il est trop sage. Il fuit le regard, ne reconnaît personne, ne répond pas quand on l'appelle, se réfugie dans la musique et les objets, multiplie les gestes répétitifs (ouverture et fermeture de portes et fenêtres, manipulation d'interrupteurs électriques).
Il a des phobies inexpliquées : ne mange plus de solide, a peur de toucher le sable.

 

stanislas expérience autisme réussie

Un beau petit Prince,

« Un beau bébé trop sage » ... qui dort bien, boit bien, sourit peu, évite de façon imperceptible le regard, s’intéresse plus aux objets qu’aux gens ; mais, qui gazouille et a un développement psychomoteur normal : à 18 mois, il marche, il joue, il aime les livres. Il ne regarde pas les autres enfants, ne fait pas les marionnettes, fait beaucoup d‘allers et retours d’un point à un autre..., arrête de manger du solide, ses repas deviennent une épreuve pour son entourage. A la garderie, joue à l’écart, souvent avec le même objet, ne parle pas.
Tous ces troubles s’amplifient à 2 ans, surtout après la naissance de sa petite sœur qu’il semble ignorer.

Notre "petit prince" de 2 ans et demi est sur sa planète.
De plus en plus enfermé dans sa bulle, il est absent, comme indifférent aux gens, Il ne parle pas et ne communique ni par le geste ni par le regard; Il fuit constamment le regard, ne reconnaît personne sauf sa mère, ne répond pas quand on l’appelle, rit sans raison apparente.

Paniqué par bien des bruits (voix fortes, mixer, séchoir…) il se tape fort la tête par terre ou hurle fortement ou lance les objets au sol ; Il se réfugie dans la musique et fredonne parfois des airs... Plus fasciné par le monde des objets que par les êtres qui l’entourent, il aime de plus en plus répéter inlassablement les mêmes gestes (stéréotypes) : ouverture et fermeture des portes et interrupteurs, fascination de la lumière... Il a des phobies surprenantes : a peur de toucher le sable, de monter sur un tricycle ou d’aller sur le pot.

 

Chaque jour, il s’enfonce un peu plus dans son monde :

Les balancements du corps commencent. Il a quasiment tous les signes d’autisme décrits dans les livres. Son pédiatre ne dit rien... seule la garderie alerte sa maman qui voit alors une pédospychiatre qui ne formule pas le diagnostic... que l’entourage familial commence à deviner.
Un dossier déposé à l’Hôpital Robert Debré en janvier 2004 ne sera jamais pris en compte malgré de multiples relances. Seule une admission à l'hôpital de jour (Ste Anne), sans espoir de grands changements nous est proposée !
Nous essayons d’agir par nous mêmes !

 

 

stanislas victoire contre l'autisme

Mise en place d’une méthode d’éveil par le jeu en Février 2004

Grâce aux conseils éclairés du papa d’une jeune autiste, «la guérison est une course contre la montre, elle est possible», nous entendons parler des méthodes éducatives intensives américaines basées sur le jeu qui nous serviront de base et que nous adapterons au fil de son parcours.

Les amis et la famille se proposent en nombre impressionnant comme volontaires bénévoles pour « sortir le Petit Prince de sa bulle » en venant jouer avec lui 40 h par semaine (chacun 1h30), même le week-end de façon intensive et interactive avec enthousiasme, dans une salle de jeu adaptée, à l’écart du bruit et de la lumière. Il arrête la garderie, qui n'est d’aucun profit tant qu’il ne peut ni imiter ni communiquer et qu’il est effrayé par le regard des autres et le bruit ; on lui évite la voiture, les réunions familiales, les supermarchés...

Nous sommes aidés par une orthophoniste ouverte à notre méthode, un excellent psychomotricien. Grâce à différentes expériences de parents ayant vaincu l’autisme de leur enfant comme Tamara Morar, Barbara Donville, Will Clavien et des témoignages sur Internet, nous gardons le moral sachant que c’est possible. Les réunions de l’équipe d’intervenants bénévoles tous les 15 jours permettent d’affiner et de mettre au point peu à peu cette méthode des 3i.

 

Résultats

On le voit repasser en 18 mois par tous les stades du développement d’un enfant, à commencer par le regard.

Notre "Petit Prince", au bout de 3 mois regarde et pointe. Ses stéréotypes favoris diminuent surtout quand il est dans
sa salle de jeu ; il commence à imiter et à découvrir son corps.

stanislas victoire contre l'autisme

- Au bout de 9 mois : les premiers mots apparaissent, après 3 mois de mutisme complet
« areuh...oui, non », il passe rapidement par toutes les étapes habituelles d’un bébé mais à voix très basse comme s’il avait peur de s’entendre.

- Au bout de 10 mois, les phrases commencent. Puis peu à peu il parle couramment et est toujours avide de connaître de nouveaux mots.
Il répond aux questions peu à peu... répond au téléphone.
Il ne se tape plus la tête contre les murs, n’est plus gêné par les voix fortes ou le bruit du mixer. Il ne se réfugie plus dans la musique et semble supporter de mieux en mieux les bruits de foule : supermarché… Son audition s’adapte et évolue comme un tout petit.
Il est de plus en plus capable d’apprentissage et se concentre de mieux en mieux : lettres, chiffres puis la lecture.

stanislas guérison de l'autisme

- Au bout de 18 mois : après 2500h de stimulation individuelle, notre "Petit Prince" nous regarde, parle, commence à poser des questions, à jouer avec les autres ; à appeler les gens par leur nom. Ses stéréotypies favorites sont oubliées au profit des chiffres et des machines qui tournent et ses phobies tendent à disparaître comme toucher le sable, mâcher...
Il peut aller à l'école tous les matins, à mi-temps, sans auxiliaire (A.V.S).
Il devient de plus en plus autonome : propreté, habillage, obéissance aux consignes.
Il mange enfin du solide, mais allergique au gluten et à la caséine, comme beaucoup d’autistes, il a un régime spécial contraignant.
Il joue avec plaisir aux cartes, jeu de l’oie, petits chevaux et cache-tampon.
Il peut écrire et déchiffrer les mots, compter jusqu’à l’infini..., citer les planètes.
L’encyclopédie des jeunes est son livre favori. Il veut tout comprendre.

Il exprime tout haut ses sentiments.
Au centre équestre, il monte sur les poneys sans appréhension, les appelle par leur nom.
Au théâtre de Guignol, il rit et applaudit comme les autres.
Bref, il est un enfant presque comme les autres...
Il lui restait à « reconnaître » sa petite soeur qu’il ignorait bien souvent et à maîtriser sa fascination pour les chiffres...

- 5 ans après, septembre 2009 : « notre petit prince » a 8 ans, il est en CE2 sans AVS, a le plus souvent 10 à ses dictées et beaucoup de TB. Il part en classe verte avec sa classe sans problème, a des copains et a découvert l’amitié et surtout « ne veut pas qu’on le remarque ». Il fait tout pour être comme les autres. Il semble avoir un niveau de développement moteur, affectif et relationnel d’un enfant de 6 ans comme si tout pour lui avait commencé à s’éveiller à l’âge de 2 ans, date du début des séances de jeu !
C’est la victoire de l’amour.

 

Retrouvez sur notre site des témoignages vidéos des parents d'enfants autistes

Retrouvez sur notre site des témoignages écris des parents d'enfants autistes